Via Fluvia – un voyage à vélo en famille d’un fleuve à l’autre

Le mois de mai n’est pas un mois pour les patrons, c’est une chose acquise. Par contre il s’agit d’un mois pour les cyclistes, surtout lorsque les jours fériés se mettent d’accord pour offrir un beau viaduc de 5 jours. L’ Education Nationale, dans sa grande mansuétude, s’est même arrangée pour forcer les petits patrons à prendre ce viaduc en mettant tous les élèves en vacances forcées. Pour savonner encore plus cette planche déjà glissante, je n’avais pas encore testé l’ADN dans un configuration de voyage « lourd », c’est à dire avec un minimum de 40 kg de chargement… Les signes étaient évidents, il fallait en profiter pour faire un petit voyage à vélo en famille !

Restait à trouver une destination, pas trop loin (5 jours c’est court), pas trop difficile (à 6 ans on ne dévore pas encore le D+) et si possible dans un coin dépaysant pour les parents… Comme la France regorge d’itinéraires cyclables, il en pousse tous les ans, et que la région Auvergne Rhône Alpes n’est pas en reste, le choix n’a pas été trop difficile. Nous avions déjà arpenté la très belle Dolce Via en Ardèche (un autre pont de l’Ascension), il nous fallait donc découvrir sa soeur plus au Nord, la Via Fluvia !

Qu’est-ce donc que cette Via Fluvia ?

Il s’agit d’un itinéraire cyclable, majoritairement en site propre, qui suit une ancienne ligne de chemin de fer qui reliait la Loire au Rhône au Nord de la Haute Loire et de l’Ardèche et le Sud de la Loire. Promettant un profil sympathique, voie ferrée oblige, tout en ne se résumant pas à une gigantesque digue infinie, la Via Fluvia n’en parcourt pas moins les hauts plateaux de la Haute Loire, réputés pour leur rudesse et leur beauté ! Avec un peu plus de 100 km et à peine plus de 1000 m de dénivelé positif d’un fleuve à l’autre (dans le sens Loire -> Rhône pour le dénivelé), c’est un itinéraire parfait pour un voyage en famille !

Le voyage à vélo en famille

Pour ce voyage nous étions 2 familles, 4 adultes et 4 enfants de 6 à 10 ans. Nous formons une équipe bien rodée qui roule ensemble depuis maintenant 9 ans (lorsque nos ainés avaient 1 an). L’objectif n’est jamais la performance, mais bien de se faire plaisir et de faire goûter à nos enfants les joies de l’itinérance, du vélo et de la vie au grand air. La longueur et la difficulté des étapes sont scrupuleusement limitées pour que tout le monde y prenne du plaisir, pour ce voyage, nous avons commencé tout doucement par une première étape d’à peine 15 km et la plus longue journée n’a pas dépassée 45 km.

Il est claire qu’il serait tout fait possible de réaliser de plus grandes étapes en poussant ou tirant un peu l’équipage. Mais de notre point de vue, cela nuirait à l’adoption de ce mode de vacance par les enfant. Avec des étapes bien dimensionnées, ils conservent tout le temps nécessaire pour jouer et découvrir à leur manière les nouveaux environnements dans lesquels ils se trouvent.

Au final, de la gare du Puy en Velay à la gare de Valence, notre terminus, nous avons parcouru 174 km, en 5 jours et sans jamais se mettre dans le rouge !

Peu de difficultés, mais une belle aventure

La Via Fluvia, en nous faisant découvrir la Haute Loire, réserve son lot d’aventures et de surprises. La première est la faible densité de population et d’équipements touristiques. C’est une très bonne nouvelle, quand on cherche à se déconnecter de notre vie urbaine. Mais si l’on décide de faire de petites étapes, le bivouac devient obligatoire, car le nombre de camping à proximité est très limité.

Heureusement, il y a de la place pour le faire, et les nombreuses aires de pique-nique que l’on trouve sur le bord de la piste cyclable offrent de très bons spots. Et pour les puristes, un petit coup de pédale sur les chemins de traverse permet d’accéder à un choix encore plus grand ! Dans notre cas, nous avons fait les fainéants et squatté le bord de la piste, prêt de la gare de Raucoules où nous avons pu voyager dans le temps en regardant arriver le Velay Express (8 km/h de moyenne !) toute vapeur dehors ! Au passage, ce train touristique permet de relier la Via Fluvia à la Dolce Via et de faire une très jolie boucle (et il prend les vélos lui !)

Quel type de vélo utiliser ?

Pour moi, c’était l’occasion de tester l’ADN avec un chargement complet et relativement lourd (en voyage à vélo en famille, les parents portent quand même pas mal de poids), en l’occurence je transportais environ une quarantaine de kilo. C’est aussi une bonne occasion de voir comment le vélo se comporte quand le chargement est déséquilibré (avant/arrière et surtout gauche/droite). Il m’est arrivé, avec d’autres vélos, d’avoir quelques surprises…

Pour l’ADN, tout c’est excellemment bien passé, ce vélo est une vrai merveille ! Il se comporte toujours de manière saine et prévisible, la charge ne change pas sa maniabilité, il n’oscille jamais même lorsque le chargement est très déséquilibré et permet même de prendre du plaisir dans des portions VTT ! Je suis revenu très content de mon vélo, et ce n’est pas toujours le cas…

Mais la Via Fluvia ne nécessite pas nécessairement un « gros » vélo de voyage. En effet, les portions en chemin ne sont pas légions et la plus part du temps la piste est très roulante. J’était le seul du groupe à avoir des pneus dépassant le 40 mm (48 mm en l’occurence) et un Charmant Som en 28 mm a réalisé le parcours avec la même fraicheur ! Je dirais que pour un voyage de ce type, la monture importe peu, la difficulté étant faible, n’importe quel vélo pouvant transporter le chargement nécessaire et disposant de développements permettant de monter chargé une côte à 5% fera l’affaire ! Nous avons d’ailleurs croisé quelques vélos de ville de location…

Il est quand même bien agréable de le faire sur un vélo qui ne gaspille pas votre énergie, qui ne nécessite aucune intervention en 175 km (le cas ur nos 4 vélos) et sur lequel vous vous sentez bien !

La SNCF, garante de l’esprit d’aventure

Pour finir ce billet, je me dois de la plus grande aventure de ce joli voyage : la SNCF. La Via Fluvia est un itinéraire qui ne peut se faire sans une navette en train (ou en voiture, mais là c’est quand même vraiment compliqué, lourd et polluant !) En effet, l’aller/retour serait bien fastidieux (surtout avec des enfants) et beaucoup plus long (plus de 2 fois compte tenu du dénivelé au retour).

Si vous rajoutez à cela l’envie de partir de chez vous en train + vélo et de ne pas bruler une goutte d’essence (autre que celles du train St Etienne – Le Puy…), cela donne depuis Grenoble 3 trains à l’aller et 1 au retour. Et là les affaires se compliquent sérieusement ! Parce qu’il faut bien l’avouer, nous n’étions pas les seuls à avoir eu cette bonne idée, nous étions même un certain nombre ! On ne peut que s’en réjouir d’ailleurs. Les TER étaient donc pleins de gentils voyagueurs et de leur encombrants vélos… Et il faut bien le dire, de ce côté là, la SNCF n’a toujours pas trouvé de solutions, à part réduire le nombre de cycliste dans ses trains en imposants des réservations.

J’ai bien peur personnellement, que ce genre de voyages devienne impossible dans les années qui arrivent. Seul, on arrive toujours à se faufiler et à rentrer, mais quand vous êtes 4 avec 2 enfants de 6 et 9 ans, c’est nettement plus compliqué. Si l’engouement pour le voyage à vélo et les déplacement peu polluants se confirme, ce que je souhaite, et que la SNCF ne prend pas le train du changement qui se déroule sur ses quais, ça risque de dérailler bien vite…

Alors au boulot les cadres de la SNCF et de la région Auvergne Rhône Alpes pour nous trouver des solutions pour enfin profiter sereinement de nos beaux itinéraires vélos !!


4 réflexions sur “Via Fluvia – un voyage à vélo en famille d’un fleuve à l’autre”

  1. Malheureusement la sncf est en train (facile) de se rendre compte que c’est très compliqué et cher de rajouter des emplacements vélos dans les ter cars ils ne sont utilisés que ponctuellement et de manière saisonnière d’où le concept de réservation obligatoire, même et surtout s’il n’y a pas d’espace vélo, pour diluer le flux sur l’ensemble des journées

    1. Bonjour Milpat,

      Je ne suis pas complètement d’accord avec vous.
      Le remplissage ponctuel des trains par des vélos, ce n’est pas tout à fait ce que nous ont raconté les usagers réguliers du Lyon – St Etienne, qui est rempli de vélos presque systématiquement. Si les vélos prennent de la place, faisons les payer, mais assurons leur transport dans des conditions acceptables.
      Pour ce qui est de la dilution du remplissage dans le temps, c’est une belle idée sur le papier, mais dans la réalité c’est inapplicable. Quand vous êtes en famille, vous n’allez pas partir à 16h de Grenoble pour arriver à 21 h au Puy pour faire votre première étape de nuit… Vous prenez le premier train du matin, comme tout le monde !

      En réalité, il s’agit d’un choix politique. Si on veut, oui on non, favoriser l’essort du vélo comme mode de transport et de voyage, il faudra bien augmenter la place dévolue aux vélos dans les trains.
      Enfin, pour ce qui est du coût, l’investissement de la Région dans les infrastructure cyclables est considérable, il est quand même dommage qu’il ne soit pas utilisé à sa juste valeur parce que la même région (qui est propriétaire des TER) n’investit pas dans des trains adaptés.

      Fabien

  2. empruntant très régulièrement les TER puisque j’ai fait le choix de vivre sans voiture, je confirme le constat de Fabien : il y a une demande forte pour plus de places vélos dans les trains, pas seulement à la saison du cyclo-camping.

    Nous sommes de + en + nombreux à opter pour des trajets domicile-travail en train+vélo pendant toute l’année. Et quand on fait ce choix, bien souvent, on fait aussi d’autres trajets en train+vélo. Donc il ne suffira pas de nous recommander d’avoir 2 vélos et d’utiliser les parkings à vélo dans les 2 gares départ et arrivée, parce qu’on ne fréquente pas que 2 gares !

    D’autre part, l’effet de a réservation obligatoire, ça ne sera pas de diluer la fréquentation vélo : les cyclistes qui peuvent décaler leur trajet en heure creuse le font déjà, car ils savent bien qu’en heure de pointe c’est compliqué. L’effet, ce sera de diminuer le nombre de vélos transportés, et ça, c’est indéfendable car il était parfaitement prévisible depuis plusieurs années que la demande allait continuer à augmenter, et qu’il faut encourager cette solution pour réduire la consommation de pétrole et la congestion dans les centres urbains…

    Enfin j’ajoute 2 constats à propos de cette réservation obligatoire dans les TER :
    (1) la réservation ne garantit même pas d’avoir une place vélo, car la SNCF écrit, en petits caractères dans une page « Conditions générales d’utilisation » que personne ne va regarder mais que j’ai lue attentivement, qu’à la moindre perturbation (rupture de correspondance, suppression d’un TER,…), le cycliste qui a réservé n’a AUCUNE garantie d’acheminement, car la SNCF ne prévoit pas de transport de substitution pour les vélos.
    (2) le logiciel de réservation est buggé : impossible de modifier ou annuler une réservation vélo en ligne. Et le week-end dernier, il y a eu, dans une gare au nord de Lyon (je ne sais plus laquelle) , à peu près 8 fois plus de cyclistes AVEC RÉSERVATION VÉLO qu’il n’y avait de places vélo dans le train. Bravo le SNCF !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut